REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Le Compostage domestique

Le constat :

  • 30 % des déchets de notre poubelle sont des déchets fermentescibles
  • Une famille de 4 personnes produit en moyenne 800 kg de déchets fermentescibles par an.

Le compostage individuel reste le moyen le plus simple de réduire notre poubelle en recyclant nos déchets biodégradables. Grâce au processus de décomposition de la matière organique sous l’action des organismes décomposeurs, les quantités de déchets à traiter sont diminuées et permettent d’obtenir un amendement naturel pour les jardins.

 

Vidéo 3 mois de compostage alt

 

Pourquoi composter ?

 

Les avantages du compostage sont multiples, tant pour le particulier que pour la collectivité. Écologique et économique, ce geste citoyen participe à la protection de l’environnement en limitant les quantités de déchets à transporter, à traiter ou à éliminer. Avantage aussi pour le jardinier : cet amendement naturel est gratuit et renouvelable à l’infini.

 

Que peut-on composter ?

 

Tous les déchets organiques, à différents degrés, sont compostables.

 

- Les déchets de cuisine : épluchures, coquilles d’oeufs, marc de café, filtres en papier, pain, laitages, croûtes de fromages, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés, etc. ;

 

- Les déchets de jardin : tontes de gazon, feuilles, fleurs fanées, mauvaises herbes, etc. ;

 

- Les déchets de maison : mouchoirs en papier et essuie-tout, cendres de bois, sciures et copeaux, papier journal, cartons salis, plantes d’intérieur ;

 

Quelques déchets se dégradent plus difficilement et demandent quelques précautions :

 

- Les déchets très ligneux ou durs (tailles, branches, os, noyaux, coquilles, trognons de chou, etc.) qu’il vaut mieux broyer avant ;

 

- Les graines de certaines plantes (tomates, potirons et quelques mauvaises herbes) qui se maintiennent en vie lors du compostage et qui peuvent regermer.

 

- La viande peut tout à fait être compostée pour autant qu’on la mette hors d’atteinte des animaux et qu’elle soit placée en petits morceaux au centre du tas.

 

- Les coquillages et les coquilles d’oeufs ne se décomposent pas. Mais leur usure apporte des éléments minéraux tandis que leur structure facilite l’aération.

 

 

 

Les différent modes de compostage

En tas…

 

Le compostage en tas présente l’avantage d’être facilement manipulable, sans contrainte de volume et demande moins d’entretien. Le tas de compost est installé à même le sol, pour faciliter la colonisation par les vers et les insectes. Il est préférable d’étendre tout d’abord un lit de branchages pour assurer un drainage du tas de compost par le bas. Les déchets y sont stockés et mélangés au fur et à mesure, en prenant la précaution de ne pas trop les tasser. Petit inconvénient : son exposition aux intempéries, vent et soleil ralentit la formation du compost.

 

… ou en bac

 

Par rapport au compostage en tas, le bac a l’avantage d’être peu encombrant et très discret. À l’abri des aléas climatiques, il assure une décomposition homogène pour l’ensemble de la masse, et permet de fabriquer du compost même dans un petit jardin. Au bout de six mois, on peut obtenir du compost jeune qui peut être utilisé en paillage. Pour avoir du compost mûr, assimilable au terreau une fois qu’il est tamisé, dix à douze mois sont nécessaires.

 

Quatre règles d’or

  • Varier les apports entre déchets verts, mous et humides (azote), et les déchets bruns, durs et secs (carbone)
  • Aérer le compost en remuant régulièrement, notamment la partie supérieure à chaque nouveau dépôt.
  • Veiller à une humidité constante. Idéalement quelques gouttes doivent perler lorsque vous pressez une poignée de compost

Soyez patient ! Un tas de matière organique finit toujours par se décomposer mais cela peut prendre du temps.

 

Comment utiliser le compost ?

 

- Dans le jardin d’agrément

 

  • Plantation : mélangez 1/5 de compost bien mûr à 4/5 de terre. En entretien, étalez le compost autour de l’arbre sur 1 cm d’épaisseur
  • Jardinières, plantes d’intérieur, fleurs et rempotage : mélangez 1/3 de compost à 2/3 de terre végétale, ou 1/3 de compost à 1/3 de sable et 1/3 de terre

 

- Dans le jardin potager

 

Incorporez le compost mûr superficiellement par binage. Suivant les cultures, effectuez un épandage tous les 2 ou 3 ans. L’apport en compost peut varier selon les légumes. Pour l’ail, les haricots, les oignons ou la salade, apportez 2 L/m² de compost. Pour les pommes de terre, les carottes et les endives, apportez 4 L/m². Pour les tomates, les poivrons, les poireaux, les fraisiers et les courges, apportez 5 à 8 L / m².

 

Des conseils pratiques

 

  • Des mauvaises odeurs ? Le tas de compost est sans doute trop compact ou trop mouillé, dû à un excès de déchets humides. Ajouter des déchets secs et brasser régulièrement le compost.
  • Des moucherons ? Ils sont utiles à la transformation des déchets et le signe d’une bonne activité. Recouvrir le compost de feuilles ou d’une couche de pelouse sèche.

 

En appartement ou sans jardin, le lombricompostage, une possibilité pour faire votre compost

Les vers de terre placés dans un lombricomposteur mangent l’équivalent de leur poids par jour en épluchures, fruit et légumes abîmés, pâtes, riz, marc de café…

Le liquide « thé de vers » produit est un engrais riche en nutriments, minéraux et oligo-éléments et peut être utilisé dilué dans 10 parts d’eau pour l’arrosage des plantes.

L’avantage, vous n’avez pas besoin de jardin, il n’y a pas d’odeur (pas de décomposition), pas besoin d’aération, ni d’apport d’eau. Cet outil convient parfaitement aux appartements ou au domicile sans jardin.

logo footer

SITTOM-MI
1 rue Denis Papin
BP 30218
56305 Pontivy Cedex
Tèl : 02 97 07 13 15
Fax : 02 97 07 19 09